Légende d’un dormeur éveillé #RL17

desnos

Mon avis : ♥♥♥♥♡ Beaucoup Aymé

Voilà un livre épatant ! Légende d’un dormeur éveillé est un roman mémorable sur Robert Desnos, surréaliste, fervent adepte de l’écriture automatique et de l’hypnose. Insatiable curieux qui voulait explorer les confins de la création littéraire, aller au-delà de la réalité.
Le lecteur suit, accroché, arrimé aux pages, cet homme exceptionnel, sa vie, sa poésie, ses mots, ses amours, la guerre, la résistance, les copains.

« J’aime l’éclat que laissent aux yeux profonds les larmes intérieures » Robert Desnos

Si vous aimez l’art, le processus créatif, la littérature, ce livre est fait pour vous. Gaëlle Nohant fait vivre avec un rare talent cette période de bouillonnement créatif, d’imagination prolixe, d’essais littéraires en tout genre, d’une véritable révolution artistique. Prévert, Man Ray, Breton, Éluard, ils sont tous là ! L’auteure décortique aussi le processus créatif propre à Desnos, ses mots, sa façon d’appréhender l’écriture, de la travailler, c’est fascinant.

Si vous aimez l’Histoire, l’Entre-deux guerre et la Seconde Guerre mondiale notamment, vous ne serez pas déçu et plongerez dans un Paris déchiré entre la France occupée et celle qui reste libre, dans une ville abandonnée à l’occupant où collabos et parisiens se jaugent quotidiennement, où la Résistance s’organise et où Robert Desnos endosse son plus beau rôle.

Enfin, la prose de Gaëlle Nohant est tout simplement bluffante. D’une grande maîtrise, toujours juste, vivante, imagée, parfois trop riche. Certaines phrases à rallonge, suite de jolis mots assemblés comme un bracelet de perles, alourdissent le texte.
La construction du roman est superbe, la dernière partie est le clou du spectacle. Et ces vers de Desnos, déposés ça et là dans le roman, comme une offrande au lecteur, pour illustrer, témoigner et surtout donner envie au lecteur de prolonger cette délicieuse aventure avec Desnos lui-même.

Je voudrais pondérer cet avis très positif par une réserve sur la multitude d’anecdotes et de name dropping. Bien que très intéressant, cela n’apporte pas grand chose à l’histoire, et cela plombe le rythme. C’est très dense, foisonnant. Ce n’est pas une lecture facile, j’ai souvent eu envie de faire une pause. Ça pêche par excès d’infos, de zèle, de sophistication syntaxique.

Néanmoins, il ne faudrait pas que ce bémol vous fasse passer à côté d’un superbe roman. Prévoyez juste un peu de temps pour le lire 😉 

 

 


Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s