La vie est facile, ne t’inquiète pas

martinlugand

Nous avions laissé Diane, seule à Paris, dans son café littéraire, en pleine reconstruction post-deuil. Nous la retrouvons, 365 jours plus tard, toujours à Paris, dévouée corps et âme à son café littéraire, prête à retrouver l’amour.

« Alors que j’étais inconsolable, il m’avait mise sur le chemin du deuil de mon mari. J’avais fini par me sentir libérée de lui aussi. J’étais prête à m’ouvrir aux autres. »
Depuis un an que Diane est rentrée d’Irlande, elle a tourné la page sur son histoire tumultueuse avec Edward, bien décidée à reconstruire sa vie à Paris. Avec l’aide de Félix, elle s’est lancée à corps perdu dans la reprise en main de son café littéraire.
C’est là, aux « Gens heureux lisent et boivent du café », son havre de paix, qu’elle rencontre Olivier. Il est gentil, attentionné, et surtout il comprend son refus d’être mère à nouveau. Car Diane sait qu’elle ne se remettra jamais de la perte de sa fille.
Pourtant, un événement inattendu va venir tout bouleverser : les certitudes de Diane quant à ses choix, pour lesquels elle a tant bataillé, vont s’effondrer les unes après les autres.

Si je devais schématiser, « Les Gens Heureux … » parlait du deuil de son mari. Ce nouveau livre aborde le deuil de son enfant. Mais le fait-on jamais ?

J’ai retrouvé avec plaisir Diane, j’avais hâte de lire la suite de ses aventures. Mais la déception a très vite pointée le bout de son nez. Au bout de quelques pages,  j’ai su ce qui allait se passer. Je connaissais la fin, devinais les éventuels rebondissements pour y arriver. L’écriture manquait de densité, les personnages étaient creux et stéréotypés. Toujours cette impression de déjà-lu.

Alors oui, ce livre parle aux romantiques, aux mamans, aux amoureuses, car le sujet est universel. Cela touche une corde sensible  mais il ne faut pas que cela nous berne sur la pauvreté de l’intrigue et la faiblesse du style.

« J’avais tourné la page sur tant de choses. Je ne voyais pas ce qui pouvait rompre le charme paisible dans lequel je baignais depuis qu’Olivier était entré dans ma vie. »
Coucou ! Devine qui c’est ? C’est Edward !!!!


Une réflexion sur “La vie est facile, ne t’inquiète pas

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s