La dame en blanc, machiavélique à souhait

ladameenblancDernière cueillette dans mon jardin : La Dame en Blanc, de Wilkie W. Collins, éditions Phébus, année de publication originelle 1860.

Dans la fournaise de l’été, en ce milieu du XIXe siècle, William Hartright, jeune professeur de dessin émérite, s’apprête à quitter Londres pour enseigner l’aquarelle à deux jeunes filles de l’aristocratie, dans le Cumberland. Il laisse derrière lui la vie trépidante de la ville et ses étranges incidents, comme cette rencontre en pleine nuit avec une jeune femme terrorisée, toute de blanc vêtue, semblant fuir un invisible danger… Mais la campagne anglaise, malgré ses charmes bucoliques, n’apaise pas le jeune William autant qu’il le souhaiterait. La demeure de Limmeridge recèle en effet de bien lourds secrets, et lorsque resurgit la mystérieuse Dame en blanc, il est bien difficile d’affirmer qu’il ne s’agit pas d’un présage funeste…

Ce livre est tellement riche et dense que je ne sais pas vraiment par où commencer.
L’ai-je aimé ? Oui, l’intrigue est prenante, les personnages sont intéressants, mais…
Je reste sur une impression mitigée. J’ai mis du temps à entrer dans le livre : le début est trop lent à mon goût…
Et j’avoue que je n’ai pas aimé Walter Hartright… Je le trouve énervant à force de bons sentiments, de droiture, d’abnégation… Il est trop chevaleresque pour moi… Comme il est l’un des principaux narrateurs, je reste sur ma faim…
Par contre, Marian Halcombe, par sa pertinence et sa lucidité est très attachante… C’est son côté de l’histoire qui m’a accroché et c’est ce personnage que j’ai préféré. C’est elle qui m’a embarqué dans l’intrigue.
Les autres personnages sont hauts en couleur : Percival, le mari lunatique, soupe au lait, vénal et détestable; le comte Rosco, magnifique comte Rosco, excentrique et machiavélique…
Les personnages les plus intéressants sans conteste sont le comte Rosco et Marian Halcombe.

L’intrigue est passionnante, le mystère de la Dame en Blanc nous happe et ne nous laisse pas tranquille jusqu’à la dernière ligne. Quel est donc le secret de sir Percival ?!!! Quel suspense, et quel romancier de Wilkie Collins ! Quelle maîtrise !!

Challenge chez Bianca
100 livres à avoir lu au moins une fois

challenge-des-100-livres-chez-bianca

7 réflexions sur “La dame en blanc, machiavélique à souhait

  1. Je partage ton avis sur les personnages principaux. Cryssilda, qui est une grande admiratrice de l’auteur, m’a expliqué qu’il faisait exprès de faire dans la caricature, les situations improbables etc mais je ne suis pas tout à fait charmée, même si globalement j’aime bien, voire beaucoup.

    Je voulais aussi m’excuser car je viens de me rendre compte que je n’avais pas vu ton commentaire sur mon billet sur Wilde. J’ai répondu avec beaucoup de retard, ce que j’essaie d’éviter normalement. Vraiment désolée !

    1. @ Lou : merci pour ton message. As-tu lu d’autres livres de Collins ? J’ai l’impression, pour la Dame en Blanc, d’être resté en retrait de l’histoire : je ne me suis pas submergée, comme parfois, dans l’intrigue. Peut être est-ce l’effet Collins !

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s