Fanny

Ce roman m’a été conseillée par une grande amatrice de lecture et de romans d’aventures. Elle m’avait offert un Noël « Rouge Brésil » de Jean-Christophe Rufin que j’avais adoré, je pouvais me fier à ses goûts les yeux fermés.

STEVENSONLorsque, en 1876, Robert Louis Stevenson rencontre Mrs. Osborne, une Américaine de trente-cinq ans, séparée de son mari et mère de deux enfants, c’est le coup de foudre immédiat. Cette jeune femme joyeuse, sauvage, qui a derrière elle le passé rude et mouvementé d’une pionnière de l’Ouest, incarne aux yeux du jeune Écossais un nouvel idéal féminin.
Entre ces deux êtres passionnés naît un amour extraordinaire, qui défiera les conventions et les frontières, de l’Angleterre à la Californie, jusqu’aux lointaines îles Samoa.

« Elle était la seule femme au monde pour laquelle je puisse imaginer qu’un homme fût prêt à mourir. » Edward Salisbury Field

Fanny Stevenson n’est pas seulement l’épouse de. Oui, c’est la muse et la correctrice de Robert Louis Stevenson, c’est elle qui le soigne et le veille lors de ses nombreuses convalescences tuberculeuses, c’est elle qui le défend bec et ongles contre tous et contre lui-même. Mais elle est tellement plus. C’est la chercheuse d’or dans l’Ouest Américain, la peintre en herbe à Barbizon, la planteuse déterminée dans les lointaines Iles Samoa. Elle a un destin hors du commun, elle quitte son mari pour aller apprendre la peinture en France avec ses trois enfants (rappelons que cela se passe en 1875 !!!), elle divorcera de son mari à une époque où cela signifiait se mettre au ban de la société (la loi sur la divorce a été adoptée en 1851 en Californie), elle épouse un homme de 11 ans son cadet qui est souffreteux et n’a que la peau sur les os mais dont elle pressent et libère le génie, elle le suit pendant de longues années sur les mers du Pacifique (seul endroit où il n’est pas alité) alors qu’elle souffre atrocement du mal de mer …

C’est un personnage magnifique, passionnant dans ses contradictions, exaspérante dans ses colères et son esprit obtus. C’est une femme démunie par la perte de son fils Hervey. Une (jeune) mariée intimidée à l’idée de rencontrer ses beaux-parents de la bourgeoisie écossaise. Une femme forte, indépendante – à l’époque victorienne ce n’est pas rien !! Elle ne s’avoue jamais vaincue. Elle lutte constamment, contre la mort de son mari, contre la jungle dans sa plantation…

« Elle était l’une des femmes les plus étranges de notre époque. Par certaines côtés, une nature sauvage et touchante – extraordinairement passionnée, extraordinairement différente dans sa façon d’éprouver des sentiments violents, et d’exprimer cette violence. Elle était pleine de gaieté, avec un génie particulier pour faire des récits pittoresques. »

Cela n’en fait pas forcément une personne sympathique (trop rancunière, trop entière, sans demi-mesure) mais elle suscite l’admiration et force le respect. On se dit Waouh ! Quelle femme !

Le travail de recherche d’Alexandra Lapierre est phénoménal : elle insuffle la vie et la force de caractère à cette femme unique à travers les extraits de correspondance (nombreux), les citations et les journaux des protagonistes. C’est une tâche d’une ampleur titanesque, elle arrive à se détacher des faits pour pour en créer une histoire romancée et c’est très réussi !

La rencontre avec Robert Louis Stevenson m’a séduite et donné envie de découvrir son oeuvre que je ne connais pas. J’ai lu « L’Ile aux Trésors » quand j’étais jeune, mais une lecture plus approfondie et « mature » serait la bienvenue. J’ai d’ores et déjà acheté « The Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde » version bilingue.

TO MY WIFE

Trusty, dusky, vivid, true,
With eyes of gold and bramble dew,
Steel true and blade straight,
The Great Artisan made my mate.

Honor, courage, valor, fire,
A love that life could never tire,
Death quench nor evil stir,
The Mighty Master gave to her.

Teacher, pupil, comrade, wife,
A fellow-farer true through life,
Heart-whole and soul free,
The august Father gave to me.

Robert Louis Stevenson


Une réflexion sur “Fanny

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s