Les livres et moi.

Il y a deux ans, nous avons quitté la belle Paris pour la pimpante Nantes. Ce déménagement, après dix années parisiennes et autant de lectures, fut l’occasion d’un grand tri dans mes livres.

J’avais la chance, à Paris, d’avoir une belle bibliothèque qui occupait tout un pan de mur, où les livres faisaient partie intégrante de la déco. Je les organisais amoureusement, par thèmes, couleurs etc. Y en avait partout, plusieurs rangées, certains oubliés derrière.

DSC_0152 13

Nouvelle ville, nouvel appartement. Adieu superbe bibliothèque. Mes livres sont restés un moment dans leurs cartons, sans meuble adapté. La probabilité de retrouver une bibliothèque aussi grande était très mince.

Et puis, un livre a changé ma vie. Du moins, concernant le rangement. Vous l’aurez deviné, il s’agit de :

marie kondo

Je ne fais pas partie de ces gens qui gardent tout, je n’ai pas de problème pour jeter. Dans notre petit appartement parisien, nous faisions régulièrement le tri pour tenter de gagner de la place. Surtout avec l’arrivée des deux filles.

Mais je reste une sentimentale. Qui s’entoure des vestiges de moments passés, d’instants oubliés ou des souvenirs de personnes croisées. Et surtout qui aime se dire que ça peut toujours resservir.

Bref, la lecture de ce livre a bouleversé ma façon de voir les choses. Je ne fais pas un résumé du livre, mais en gros, il faut s’alléger. Se débarrasser de tout ce qui nous encombre. Ne garder que l’essentiel, que ce qui nous rend vraiment heureux. Un objet, un habit, un livre.
J’ai donc fait le tri dans mes livres. Mettant de côté ceux qu’on aime d’amour. Ceux dont on se rappelle la lecture, des sensations, de l’endroit où on l’a lu, qui nous a accompagné pendant un bout de trajet, ou qu’on a dévoré pendant une après-midi. Les autres, autant s’en détacher, les libérer et leur donner une seconde vie.

recyclivre

Mes résolutions et moi avons contacté Recyclivre, une association qui reprend livres, DVDs, CDs. Qui œuvre pour la diffusion de la lecture. Qui reverse 10% des revenus générés par les ventes de livres à des associations et des programmes d’action de lutte contre l’illettrisme, en faveur de l’accès à la culture pour tous et de la préservation de nos ressources.
J’ai donné des cartons entiers de livres, avec un pincement au cœur, mais fière de moi et avec un sentiment de liberté nouvelle.

Depuis, j’essaie de consommer différemment les livres. Avant mon budget livres était très important. Cela ne me dérangeait pas car c’est mon péché mignon. Certains dépensent leur argent en sorties, fringues ou autre, moi je préférais mettre le mien dans les livres. Mais ça c’était avant.

Dorénavant, j’ai ma carte à la bibliothèque. Si un livre me plaît, me fait envie, je le réserve. Alors c’est sûr que les délais d’attente sont plus ou moins longs selon les livres. Je pense que je pourrais enfin me plonger dans le dernier Joncour dans 6 mois, mais cela ne me dérange pas. L’attente fait maintenant partie du plaisir de la lecture.
Je vais aussi plus facilement sélectionner des livres qui me font envie, qui n’était pas sur ma liste, par curiosité. Car s’ils ne me plaisent pas, je les ramène et ça ne m’a presque rien coûté.

Je flâne davantage chez les bouquinistes. J’aime l’idée que mes livres ont une histoire, qu’ils ont eu d’autres propriétaires avant moi, qu’ils ont vécu, qu’ils ont voyagé. Qu’ils ne sortent pas tout droit de la presse d’imprimerie. J’achète des belles éditions pour les livres que j’adore.

Surtout, je n’ai pas toujours le coup de cœur littéraire. Plus je lis, moins j’en ai, triste constat. Lire souvent, lire des chef d’œuvres rend exigeant. On ne peut pas tomber à tous les coups sur le roman du siècle. Je n’ai pas forcément envie d’être encombrée par toutes mes lectures. Si un livre me plaît, me hante, il sera toujours temps de l’acheter un jour.

Pour garder la trace de mes lectures, vue que je n’ai plus les livres sous la main, je les note dans mon petit carnet (qui me sert beaucoup pour mes chroniques) :  avis, extraits, citations. Je m’en rappelle plus facilement ainsi.

Ma bibliothèque est moins fournie, certes, mais je ne possède que mes coups de cœur, que les livres que j’aime et qui me rendent heureuse.
Si c’est pas le bonheur, je ne sais pas ce que c’est 😉

Et vous, quelles sont vos habitudes de lecture ? Bibliothèque ? Bouquiniste ? Vous parvenez à résister lors d’un passage dans une librairie ?


4 réflexions sur “Les livres et moi.

  1. bon alors moi c’est pas gagné.. il m’est très difficile de me débarrasser de mes livres, même si pour le moment ils s’entassent en attente du Meuble qui pourra tous les accueillir !
    Autant j’emprunte depuis plusieurs années les livres que je lis à la bibliothèque, et je ne m’achète ou ne me fais offrir que ceux de mes auteurs préférés, autant se débarrasser des autres est un pas que je n’ai pas pu (encore) franchir..
    il faudrait peut être que je lise ton livre sur le rangement ! 😉

    1. Je te le conseille, il change vraiment ta façon de consommer et de posséder ! Souviens-toi, moi non plus, je ne voulais jamais jamais me défaire de mes livres ! Mais ça c’était avant 😉

  2. J’ai aussi lu cet essai et ma bibliothèque a bien changé depuis. Désormais, je ne garde que les livres que je suis sûre et certaine de relire. Les autres, je les donne à des associations. J’emprunte aussi énormément puisque je travaille en bibliothèque.

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s