Les 10 premières pages de …

20130917-113812.jpgAu revoir là haut
Pierre Lemaitre

Les derniers mots écrits par Jean Blanchard sont l’épigraphe de ce roman :

« Je te donne rendez-vous au ciel
où j’espère que Dieu nous réunira.
Au revoir là-haut, ma chère épouse… »

Qui est donc ce Jean Blanchard ? Un poilu fusillé pour l’exemple pour « abandon de poste en présence de l’ennemi » le 4 décembre 1914 (soit 4 mois après le début de la guerre). Glorieuse France ! Cet épigraphe présage un livre sans complaisance sur la guerre 14-18.

« Ceux qui pensaient que cette guerre finirait bientôt étaient morts depuis longtemps. »

On parle souvent de l’importance de la première phrase. On peut dire que celle-ci est réussie. Dès les premiers mots, j’ai été happée par l’histoire de ces poilus. Le roman débute le 2 novembre 1918, soit à quelques jours de l’armistice.

« Mourir le dernier, se disait Albert, c’est comme mourir le premier, rien de plus con. »

Le lecteur est dans les tranchées, accompagnant ces jeunes soldats dans la dernière offensive de la Grande Guerre. Les dix premières pages du livre filent à une vitesse incroyable, impossible de lâcher le livre.

« Il savait que la guerre n’était rien d’autre qu’une immense loterie à balles réelles dans laquelle survivre quatre ans tenait fondamentalement du miracle. »

Un début prometteur. La suite sera-t-elle à la hauteur ? Réponse bientôt, dès le livre refermé.

photo 3photo 2


Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s