Songe à la douceur

La lecture d’Eugène Onéguine, histoire d’amour tragique composée en vers par le grand Pouchkine, reste un souvenir fort. Ce fut une révélation, une épiphanie, sur la poésie des mots, sur ce mal cher aux poètes qu’est le spleen ou khandra en russe, mélancolie que rien ne guérit, sur le talent de Pouchkine, trop souvent éclipsé par les Tolstoï et Dostoïevski qui, pourtant, … Lire la suite Songe à la douceur